Résidences

Résidens_studio 600x400.jpg

Résidences de création musicale

Soutenir les écritures contemporaines musicales et transdisciplinaires

Chaque année, le studio éole accueille une vingtaine de compositeurs et de musiciens désireux de développer une réflexion autour des écritures musicales et sonores contemporaines et de leur hybridation. Nous souhaitons encourager la singularité des formes sonores qui émancipent de l’homogénéisation culturelle.
Pour soutenir cette dynamique, nous proposons de mettre nos compétences et nos équipements à disposition de structures artistiques régionales, nationales et internationales.

Appel à projets

carré blanc 600x400.jpg

Projets accueillis en 2020

* BONUX - Iris Lancery et Bruno Capelle

du 3 au 5 janvier

Chanson électro-fofolk. Le nouveau projet de ce duo mixe leurs expériences musicales multiples, chanson folk expérimentale, musique électroacoustique, poésie sonore et joyeuse dinguerie.
Résidence au studio éole pour l'enregistrement et le mixage d'une maquette en vue de la sortie d'un maxi 45 tours (4 titres) chez le label "Écoute ça" (sortie prévu à l'automne 2020).

Chant, machine, clavier, percussions : Iris Lancery - Guitares, électroacoustique, voix : Bruno Capelle

https://irisandbruno.com/

* Pierre Jodlowski et le Quatuor Impact

du 17 au 19 janvier

L’un des axes de développement d’écriture pour ce projet consiste à interroger la question de l’espace de représentation, en particulier autour du thème du miroir.
Ce thème est est aussi l’occasion de questionner l’identité ; identité qui se déploie aujourd’hui dans le monde digital, gouffre de la représentation narcissique et manipulée des individus. Le miroir analogique, celui matériel donc, n’étant qu’un vecteur d’interrogation solitaire : une image renvoyée à nous même, dans l’instant immédiat du regard. Deux images peuvent ainsi s’opposer dans ce qu’elles renvoient de notre rapport à nous-mêmes, ici un point de départ conceptuel pour décliner la dramaturgie du projet.

Violons : Szuhwa Wu, Irène Lecoq - Alto : Julia Robert - Violoncelle : Anaïs Moreau

* ensemble regards

du 25 au 26 janvier

Répétitions du concert « Time & Money » et « Collapsed » de Pierre Jodlowski

Représentation
- 1er février : Auditorium de la médiathèque André Labarrère, Pau

* Amazonas PhoNosynthesis - Stéphane Marin

du 27 au 30 janvier

Résidence d'écriture spatiale.

"La phoNosynthèse est le processus bioénergétique
qui permet à des organismes écoutants
de synthétiser le vide d'un espace
en utilisant l’énergie sonore. »
Wikifakeïa

Stéphane Marin propose, à partir d'un dispositif immersif multicanal , d'opérer la phoNosynthèse live d'espaces sonores captés en Amazonie. Par le biais de manipulations in vivo et in vitro , il intensifie la concentration énergétique audible issue de ses auscultations opérées en juillet 2019 à la Tres Fronteras (Colombie - Pérou - Brésil). Extraits de la complexe densité de la jungle colombienne, substrats de vibrations ressenties sur une embarcations lancée à vive allure sur l'Amazone ou réflexions anthrobiophoniques à la surface d'un lac péruvien, mais aussi résonances de frontières audibles reliant les hauteurs et le centre de Medellìn, cette autre jungle andine… Cette expérience sonore spatialisée propose de rendre poreuses les limites entre l’audible et l’inaudible; le dedans et le dehors; l’intérieur et l’extérieur; l’humain et l’animal; le domestique et le sauvage… et, bien entendu, le bruit, le son et la musique.

https://www.espaces-sonores.com

Représentations
- 1 février : DADA, Toulouse
- 4 février : festival Longueurs d’Ondes, Brest.

* Classe de percussion du conservatoire de musique et de danse de Blagnac

le 9 février

Enregistrement des parties électroniques de la pièce « 24 Loops » de Pierre Jodlowski,

Représentation
- 14 novembre : Petit Théâtre Saint Exupère - dans le cadre du forum ByPass - Blagnac

* Prendre Soin - Benoit Bories

du 17 au 20 fevrier

Travail d'écriture sur la pièce radiophonique « Prendre Soin », musique quotidienne de gestes à plusieurs mains.

« Nous suivons sept personnes d’un groupe d’adolescents et jeunes adultes en situation de handicap au sein de l’établissement Jean Lagarde.. Ils travaillent, sous la direction de Benoit Bories, sur la réalisation d’une performance sonore documentaire autour des relations sociales, des gestes d’entraide qu’ils ont développés pour dépasser leurs situations de handicap physique collectivement. Amandine, Rodolfo et Cyril, personnels pédagogiques au sein de cet école depuis presque dix ans, accompagnent le projet.
« Prendre soin » propose une écriture sonore où l’auditeur est amené en dehors de l’espace acoustique de l’atelier de création pour rentrer dans l’intimité et la vie collective de sept jeunes en situation de handicap et comprendre une sociabilité qui leur est propre, faite de gestes de solidarité et d’une forte empathie. « Prendre soin » est faite de la musique quotidienne de apprentissage à prendre soin les uns des autres tout en respectant les temporalités de chacun. »

Prises de son, réalisation et composition acousmatique Benoit Bories
Avec les voix de Manon, Rachid, Samuel, Lounes, Martin, Charlotte, Nathan, Rodolfo, Cyril et Amandine

Une production Le Labo Radio Télévision Suisse Espace - Avec le soutien de la DRAC Occitanie, de l’ARS Occitanie et du studio de création musicale Éole En partenariat avec le festival Cinélatino et l’établissement Jean Lagarde ASEI

https://faidosonore.net/

* Ensemble C200 - CRR de Toulouse

du 22 au 24 février

Représentation
- 20 novembre : auditorium St Pierre des Cuisines - dans le cadre du forum ByPass - Blagnac

* Corps criants - Anais-Nour Benlachhab et Emma Terno

du 8 au 14 mars
> jeune compositrice en résidence

Composées pour trois corps, cette pièce provient d’une réflexion générale sur l’expression humaine et se concentre sur le phénomène du cri. Cette expression sans parole, dont la puissance sémantique et la richesse sonore permettent souvent de la surpasser.
Le cri représente l’irrationnel, la désobéissance, la révolte, une forme d’expression incontrôlable qui nous renvoie directement à notre animalité profonde, dont l’être humain cherche constamment à se défaire. Mais qu’en serait-il de questionner ce rapport au cri, de tenter une recontextualisation, en dehors des jugements de valeurs de notre société ?
Le cri est une expression complexe qui possède mille et une nuances. Il s’exprime dans des situations extrêmes où le langage échouerait même à vouloir s’essayer.

Partenaire : Résidence LIPS (Laboratoire In(ter)disciplinaire de Prototypes Scéniques & Sonores) du GRAME

Représentation
- 28 mars : GRAME - Lyon (reporté)

* alan t.) - Pierre Jodlowski

du 12 au 18 mars - du 21 juin au 10 juillet - du 1 au 17 septembre - du 17 au 23 octobre

Résidences d'écriture

Opéra de chambre inspire par la vie du mathématicien Alan Turing, pour 1 chanteuse, 1 comédien, 7 musiciens et dispositif audiovisuel

Le 24 décembre 2013, la couronne d’Angleterre a adressé publiquement son pardon à titre posthume au mathématicien. Ayant assumé publiquement d’avoir eu des relations homosexuelles, Turing s’était vu, en 1952, contraint à la castration chimique, l’homosexualité constituant un délit en Angleterre. Mis à l’écart des sociétés scientifiques et progressivement exclu, Turing disparait prématurément à l’âge de 42 ans. On peut s’interroger sur la trajectoire de cet individu d’exception et sur sa relation à la communauté publique. La densité et l’importance historique de ses travaux semblent en effet complètement contradictoires avec sa condition sociale et son statut de victime. Turing apparaît ainsi comme une incarnation tragique dans l’Histoire du XXe siècle : l’un de ses plus grands contributeurs au titre du progrès scientifique et pourtant victime de résistances obscures et d’une intolérance quant à sa marginalité..%%

> Distribution et coproducteurs

Représentations
- septembre 2021 : Warsaw Autumn Festival de Varsovie - Pologne
- septembre 2021 : festival de Donaueschingen - Allemagne
- octobre 2021 : Théâtre Bijolke à Ghent - Belgique

* Impacts - Bérangère Maximin

du 21 au 29 mars (reporté)

Ce nouvel opus de Bérangère Maximin utilise des enregistrements audio pour explorer les thèmes du trauma et de l’oppression par le stress acoustique avec comme fil directeur, la mécanique entre le corps, le son et le sens. Les paliers du trauma se transposent par une suite de situations que le spectateur/auditeur découvre et vit au fur et à mesure. Maximin structure le matériau modulé dans une écriture minimale, les différentes pièces du centre d’art et les haut-parleurs agissant comme autant d’espaces psychologiques pourintensifier et développer le propos. ‘Impacts' se concentre aussi sur le thème du silence, contraint ou paradoxalement perçu comme angoissant car trop présent, trop bruyant.
Organique et regorgeant d’action et émotion, la voix humaine y est cependant absente car tout se passe en amont de la parole, lorsque tout est vécu et rien n’est encore vraiment analysé ni formulé.
Imprévisible. Intrusif. Expressif. Trois parties indépendantes composées d’un leitmotiv, de sections rythmiques entêtantes, de séquences suggestives. Ensemble, elles forment une trajectoire sonore intense ponctuée de silences, de murmures. Elles sont alimentées de riffs, mélodies vives, de sons pleins, de séquences monochromes.‘Impacts’ trouve son point culminant dans l’accumulation, la nervosité et la frénésie telle la volonté farouche de se retrouver, de reconquérir le territoire spirituel et physique qui nous appartenait, de se remplir d’énergie positive.

Une coproduction éole studio de création musicale - la Maison Salvan, Centre d'art et résidence d'artistes à Labège - le Théâtre du Vent des Signes

Représentations
- 9 avril : Maison Salvan, Centre d'art et résidence d'artistes à Labège
- date à définir : le Théâtre du Vent des Signes

* Ces yeux - Compagnie des Limbes

du 5 au 11 avril (reporté)

Création musicale

« Ce texte musical et onirique entre pièce, poème et oratorio touche par le regard profond et délicat qu'il porte sur la condition humaine. Au cœur de vies modestes, il laisse entrevoir ce que le simple fait d'être au monde recèle d'inouï. Il donne à voir combien nos existences éphémères sont intimement liées à la mémoire du monde que nous habitons, aux générations qui nous ont précédé. Jon Fosse crée au cœur de l'ordinaire un monde dans lequel les frontières entre vie et mort, passé et présent, entre rêve et réalité sont abolies. Cette perte de repères fait vaciller nos certitudes les plus élémentaires sur la vie et permet ainsi d'ouvrir à une autre forme de compréhension, d'ordre émotionnelle. Dans une langue minimale et répétitive, au lexique volontairement pauvre, ce poème dramatique bâti avec la précision d'une partition musicale fait sourdre dans les silences tout ce qui ne peut se dire. »
Pièce inédite de Jon Fosse par la Compagnie des Limbes

Mise en scène : Romain Jarry, Loïc Varanguien de Villepin - Scénographie sur une idée originale de Philip Janssens - Lumière : Christophe Bergon - Musique et son : Matthieu Guillin
Avec : Solène Arbel, Margaux Borel, Victor Lattaque, Luc Sannier, Suzanne Zahmel

Représentations
- 18 mars : création à l'Espace Pluriel - Pau

* Les Immersions - Compagnie de la Dame

du 20 avril au 3 mai

« À la croisée de la fiction radiophonique, du son cinématographique, de la musique expérimentale et de l'installation d'Art Numérique, le projet vise à explorer les écritures nouvelles permises par les moyens numériques pour étendre la perception d'un texte, récit ou essai, dans une forme performative compacte accessible à tous les publics et techniquement complètement autonome.
Les Immersions s'inscrit dans une volonté des deux artistes de développer une approche vivante et créative de l'univers d'un auteur ou d'une thématique en puisant dans la rencontre fertile entre l'imaginaire et les technologies numériques, les éléments sensibles d'une écriture résolument contemporaine. »

Conception, voix : Corinne Mariotto - Conception, création sonore live : François Donato
Co-production / soutiens : éole - studio de création musicale, Théâtre le Vent des Signes, Théâtre de la Brique Rouge, Abbaye-Ecole de Sorrèze, Théâtre du Pavé, Le Tracteur, Mairie de Toulouse, Conseil Départemental Haute-Garonne.

http://www.struzz.com/

* Zazpiak S - Bertand Dubedout et Beñat Achiary

du 28 au 29 mai (reporté)

Le chanteur improvisateur basque Beñat Achiary sera en résidence avec Bertrand Dubedout pour deux journées d’enregistrement destinées à constituer un matériau sonore vocal pour la partie électronique de Zazpiak S.
Cette œuvre en projet de Bertrand Dubedout, pour ensemble et électronique, sera le dernier volet d’un cycle de sept œuvres inspirées de la tradition basque de Txalaparta. La partie électronique fera également appel à des séquences enregistrées avec le compositeur et pianiste Denis Badault.

Dossier ZAZPIAK S

* Vaudeville - Christophe Ruetsch

du 2 au 7 juin

Vaudeville est conçu à trois voix par le dessinateur et plasticien Vincent Fortemps, le metteur en scène et scénographe Christophe Bergon et le compositeur Christophe Ruetsch. Trois voix, trois pratiques pour un poème épique, visuel, sonore et quelque peu habité, inspiré de Kaputt, le roman de Curzio Malaparte ( romancier, journaliste et diplomate italien).

De Kaputt nous ne garderons que la puissance du mot et la folie des images. Bien plus que travail d’adaptation, nous avancerons par imprégnation pour construire une sensation, un théâtre des sens forgé d’images, de paroles et de sons.
Du vaudeville nous ne retiendrons que l’accélération du tempo et les portes qui claquent. Une disposition quelque peu iconoclaste pour clore le «temps des monstres et des catastrophes». Une forme impure et vivace pour acter la reconquête des temps à venir. Se ressaisir de l’histoire, ou comment en finir avec la thèse de Fukuyama, la vaudeviller, jubiler de cette accélération dans un dépassement propre à l’acte artistique. Bien souvent notre immaturité, ou les enjeux qui nous dépassent, se révèlent être à la fin le reflet de la marche ininterrompue de l’histoire dans laquelle nous pensions être les spectateurs alors que nous en étions les acteurs.

Représentations
- septembre : Printemps de Septembre - Toulouse
- novembre : Théâtre l'Archipel - Scène Nationale de Perpignan

* La Copule - Compagnie des Limbes

du 30 mai au 1er juin - du 21 au 23 juin

« On serait bien en mal de ranger cette performance sonore dans la catégorie « musique » ou « poésie sonore », tellement La Copule fait jouer les sons – tout comme son nom même fait jouer les sens – et échappe aux genres. Des sons étranges, primitifs, sauvages, monstrueux parfois, érotiques aussi. Un plateau chargé aussi d’une présence scénique puissante et troublante qui donne corps à cette glossolalie d’un temps et d’un espace autre et qui fait résonner les propos du compositeur italien Fausto Romitelli : « La musique doit être violente et énigmatique car elle ne peut refléter que la violence de l’aliénation massive et du processus de normalisation » » Sarah Authesserre - 16.01.2020, Intramuros

Composition et live électronique : Matthieu Guillin - Composition et Performance vocal : Loïc Varanguien de Villepin
Production : Cie des Limbes, Theatre le vent des signes, avec le soutien d'éole - studio de création musicale

http://compagniedeslimbes.free.fr

* Seconde peau - Cinna ‘Cikkun’ Peyghamy

du 13 au 18 juillet
> jeune compositeur en résidence

A travers son projet Peaux, Cinna Peyghamy explore le phénomène de vibration des peaux de tambours. L'objectif et de constituer un instrumentarium à partir de ce dispositif, déclinable pour ses différentes performances.

Partenaire : résidence LIPS (Laboratoire In(ter)disciplinaire de Prototypes Scéniques & Sonores) du GRAME.

* Demian RUDEL REY

du 23 septembre au 1er octobre
> jeune compositeur en résidence

Résidence supervisée par Martin MATALON et Jean GEOFFROY portant principalement sur la composition de la partie électronique et sur le montage de la vidéo avec l'électronique.

« Qu’est-ce que l’amour ? » est une relecture du Banquet de Platon sous la forme d’un projet d’opéra chambre interprété par des musiciens, chanteurs et danseurs, recréant ainsi l’ambiance de ces nuits festives, dont les joutes verbales étaient l’essence. La vidéo (en 360o) et électronique, omniprésentes tout au long du spectacle, entraineront le spectateur dans ce tourbillon ou la musique et les paroles ne font plus qu’un. Espace-temps renouvelé dans lequel l’adhésion, le disputera à l’opposition, connaissance ironique de l’Amour que Socrate fait naitre.

vidéo 1 - vidéo 2

Conception, composition musicale, vidéo et chef d’orchestre Phèdre : Demian Rudel Rey - Conception et livret : Éric Dayre - Conception, scénographie, illustrations, électronique et vidéo : Rocío Cano Valiño - Conception, mise en scène : Mégane Arnaud - illustrations : Ivo Patrignani Partenaires : CNSMD de Lyon , Théâtre de La Renaissance d'Oullins, Studio Éole

Représentation
- mai 2021 :Théâtre de la Renaissance - Lyon

* Home - Alan Regardin

du 4 au 10 octobre

Home (traduction) : maison, foyer, habitation... Cette pièce se situant entre journal intime et témoignage, installation sonore et concert, questionne notre rapport aux sons de notre quotidien, à l'attention comme à l'indifférence qu'on leur prête. La question de l'habitude, du gêne, rituel, compromis, de la fascination, de l'impact... de la connaissance de son environnement sonore.
Home est un tableau sonore où l'intime viendrait se croiser, se confronter, se soutenir, créant une toile mouvante, brute et minimale accompagnée par deux musicien.ne.s jouant et improvisant une partition d'Alan Regardin.

Installation sonore ad libitum + concert conception, composition : Alan Regardin
Production : Les Productions du Mouflon

Restitution
- octobre : Les Bazis - Ariège (à confirmer)

* Courants électriques - Daniel Alvarado Bonilla et Luciano Leite Barbosa

du 19 au 24 octobre
> jeune compositeur en résidence

Résidence d'écriture de compositions pour guitare solo et électronique

Composition de deux pièces pour guitare et électronique par Daniel Alvarado Bonilla et Luciano Leite Barbosa avec le guitariste Rémy Reber. Les nouvelles compositions utiliseront la guitare de manière diversifié, explorant l'utilisation de pédales et d'autres dispositifs, en combinaison avec des techniques du « field recording » et de la synthèse sonore. La résidence comprend aussi la recherche de sonorité pour la pièce Musica Ricercata No7 de György Ligeti aussi interprétée par Reber. L’objectif est d’explorer la polyvalence de la guitare et tout son potentiel en combinaison avec l’électronique, apportant au public la richesse des sons de cet instrument. Cette résidence s'inscrit dans le cadre d’un projet artistique intitulé «Courants Électriques », un projet de concert et d’enregistrement pour l’année 2020-2021.

Daniel Alvarado Bonilla a suivi le cursus de composition et d’informatique musicale à l’IRCAM.

* Le double zéro (titre provisoire) - Alessandro Bosetti

18 au 22 décembre

Pièce à pédale

Basé sur l’enregistrement d’une conversation entre une mathématicienne et un artiste sonore sur le sujets de l’unité et de la multiplicité appliqués à la voix. Les problèmes de la multiplicité retentissant dans l’unité (lorsque différents objets semblent identiques) et, au contraire, de l’unité explosant en multiplicité (lorsqu’un objet est double ou reproduit en plusieurs “copies”) sont abordés dans une spéculation sonore, a travers d’un dispositif d'échantillonnage et recombinaison.

Quand pouvons-nous dire que la voix est une et non multiple ? Et comment pouvons-nous le prouver? La pièce est inscrite dans la série de “pièces a pédale” de Alessandro Bosetti dans lequel les performeurs doivent réagir a un redoublement différemment agencé de leur propre voix. Le trait commun de toutes les pédales est de superposer deux occurrences identiques d’une même voix et de méditer par le son sur les différences qui émergent a travers l’enregistrement, la transmission radiophonique et d’autres formes de ventriloquisme technologique. Bosetti et Mahabubi vont s’asseoir côte a côte a une table et chacun d’entre eux mettra en action un dispositif électroacoustique réduit a l’essentiel via une simple pédale. Leurs voix seront doublées et ils devront naviguer à travers un protocole musical composé de fragments de conversation recombinés afin de négocier une conversation performative et polyphonique.

Partenaires : Athénor - CNCM Saint Nazaire, GMEA - CNCM Albi, le Laboratoire de Mathématiques Jean Leray - Université de Nantes et Éole studio de creation musicale, Toulouse.