AFF_NOV_2011.jpg

Lors de la prochaine édition du festival, du 8 novembre au 3 décembre 2011, le collectif éOle propose des points d'écoute dans différents lieux partenaires sur Toulouse. Chaque point d'écoute est équipé d'un lecteur audio et d'écouteurs et permet d'entendre des séquences sonores liées à la thématique du festival 2011. Ces séquences ont été proposées par des créateurs indépendants suite à l'appel à participation lancé par le collectif en amont du festival.

Cette page recense à la fois les lieux partenaires du festival où vous pourrez trouver ces points d'écoute et la liste des participants avec les titres des séquences accompagnés de quelques notes explicatives.

La date limite d'envoi des participations étant fixée au premier novembre, le contenu de cette page sera actualisé au fur et à mesure de l'arrivée des propositions artistiques et des nouveaux partenaires.







LIEUX PARTENAIRES


bbbaccueil.gif
Le BBB, centre d'art contemporain : 96 rue Michel-Ange 31200 Toulouse - Metro Barrière de Paris (ligne B)
05 61 13 37 14 - bbb@lebbb.org - www.lebbb.org


LieuCommun
Lieu Commun : 25 Rue d'Armagnac - 31500 Toulouse - France - Métro Marengo (ligne A)
05 61 23 80 57 - info@lieu-commun.fr - www.lieu-commun.fr


LogoTG.png
Théâtre Garonne : 1 Avenue du Château d'Eau - 31300 Toulouse - Métro St Cyprien (ligne A)
05 61 42 82 55 - www.theatregaronne.com


logoMoustacherie.png
La Moustacherie, collectif toulousain d'imprimeurs et graphistes, s'associe au projet Lost in Translation via leur projet Moustreet 2, ensemble de clés USB disposées dans la ville et dont le contenu peut-être librement chargé sur un ordinateur personnel. Certaines clés contiendront des séquences sonores du projet Lost in Translation.
Vous pouvez trouver la localisation précises de ces clés en cliquant ici
Le site de La Moustacherie

PARTICIPANTS

- Roland Semadeni : X_Tension_Sax
Composition Roland Semadeni/Saxophones Joël Versavaud
Enregistrement_mixage réalisés dans les studios du GMEM - Centre national de création musicale_Marseille
Lors de l'enregistrement des pièces mixtes : Terrains de jeux, - ( http://www.rolandsemadeni.fr/artsvisuels1/index.html)
Un beau moment où de nombreuses fictions furent mises en oeuvres (situations relationnelles entre productions sonores, écritures, interprétations).
En voici un témoignage avec ce petit format : X_Tension Sax.
Un récit en train de se construire dans un lieu improbable,..anciennement mémoire de sons...Une proposition "orale"...tribulation imaginée... cherchant langage a communiquer...


- Guillaume Hermen : 4 mouvements issus de la pièce Regards sur la Solitude (2010)
L'émergence des possibles, Promenade libre, Résistance, Tant de temps étendu
Parfois on l'apprécie, parfois on la subit. On veut la fuir, on la regrette. Elle nous étouffe, elle nous nourrit. Elle nous élève dans la souffrance.
Des remerciements particuliers à Fidel Fourneyron (trombone) et Anil Bhosle (prise de sons de trombone).

- Gregory Marteau : Lost in MacLeod ganj (2011)
Témoignage sonore d'une lointaine contrée de l'Himachal Pradesh où les tibétains réfugiés vivent en exil, cette miniature sonore s'est fixée comme règle de n'utiliser que des prises de sons brutes réalisées le même jour, au même endroit :
un 14 juillet à McLeod Ganj, autour du complexe du Tsuglagkhang, la résidence de Sa Sainteté le 14ème Dalaï-lama.
Un simple mélange de nature, de prières, de rituel, de conversations et de travail...
...ceux des moines et des ouvrières rencontrés ce jour là lors de leurs tâches quotidiennes.

- Fabien Sorabella : Get out of my sun
par Fabien Sorabella et Natasha Kaïl - Monsieur et Madame Prakash
Tableau sonore où l'auditeur est plongé au cœur des sollicitations quotidiennes de l'autre, celui qui n'a pas, celui qui demande, celui qui plus que tout autre manque.
Comment cet appel à la générosité de chacun résonne/raisonne-t-il à nos oreilles ?
S'en dédouane t'on d'un simple : "je n'ai rien sur moi", "désolé", ou encore "non merci..." ?
Lorsque cette sollicitation devient de plus en plus présente, comme une complainte répétitive envahissante, en arrive-t-on finalement au point de rupture bien plus que celui qui vit dans une misère quotidienne et qui pourtant se contient ?

- Thomas Hilbert : Entre le souffle des Naïades
1-Nomia (1'47) 2-Lotis (1'27) 3-Cyllène (48")
Là où le dénouement se dilate en énigme, ce triptyque associe mon imaginaire du souffle au balbutiement des eaux...
Séquences réalisées entre Montréal et Toulouse, finalisées en 2011.
Merci à Krista Martinez (clarinette basse) et Cléo Palacio-Quintin (flûte) pour leur patience et dévouement face aux micros.

- Pierre Jodlowski : PAJ_3g

- Christophe Ruetsch : Lost

- Collectif Carmen Blaix : Memorial, Robert H.
MEMORIAL est une performance scénique en cours d’écriture, ROBERT H. en est le prologue.
Le morceau que nous proposons est un extrait de ce prologue.
Musique originale : Julien Kaliski - Texte / voix : Valérie Bernatet
Ce que les médias américains ont appelé les mass murderers désigne ces personnes qui, à bout, ont procédé à une tuerie. On notera que dans la grande majorité des cas, ces massacres étaient suivis du suicide des meurtriers.

- Marlène Laviale : AEJ - route Semeï, Kazakhstan
Voici un paysage sonore pris durant un voyage en Asie Centrale en 2010, au bord d'une route à la sortie de Semeï au Kazakhstan. Plusieurs plans sonores s'entremêlent : le passage de quelques voitures sur cette route désertique, nos voix qui font l'annonce du son enregistré et les coassements des corbeaux au loin sur la ville.

- Mario Gautier : Perceptions simultanées
Mai 1992. Je travaillais alors à un projet radiophonique et je devais trouver des sons représentatifs de Montréal et de son activité (ponts, foules, etc). Vers 19h00, je suis arrivé à cet endroit et j'ai enregistré, simplement...Pour découvrir au fur et à mesure que l'enregistrement se faisait, que je captais non pas un, ni deux, mais au moins trois paysages sonores simultanés, mais bien distincts. Perceptivement, cela m'a semblé singulier car, dans la captation de paysages sonores, il y a généralement un élément prédominant qui donne une information spécifique quant au contexte ou au lieu.
Bien sûr, dans ce cas-ci cette confusion est momentanée et on finit par comprendre que c'est cette confusion même qui est caractéristique du lieu, mais il y avait là un "flou" qui, il me semble, a créé un vacillement momentané du réel.
L'enregistrement fut réalisé tel qu'il est proposé, sans altération ni retouche.

- Franck Berthoux : Lost in Nation
Une correspondance entre deux métros parisiens.
La contrainte étant un enregistrement sans aucun montage, correspondant à la durée réelle de ce moment de changement, de transition.
Univers souterrain, ou nos oreilles sont sollicitées de toutes parts, et ou les sensations sont souvent confuses.
Habituellement, les gens s'isolent face à cet environnement.
Il s'agit ici au contraire de s'ouvrir aux sensations que procure cet univers complexe.

- Audrey Ginestet : Les haut-parleurs Place Tahrir
Déambulation Place Tahrir (Le Caire) en mars 2011

- Gwladys Déprez : Ici repose Je
Collage mnésique et physique. Entre les flux de transports anonymes et des pauses dans l'espace public, des entre-temps urbains se conjuguent, dans un « je » qui se déplace et se dissout. Prises de sons stéréophoniques binaurales, textes et montage ont été produits sur deux journées d'automne à Toulouse.
Sons, textes, voix : Glwadys Déprez

- Yoann Sanson : Zzzzz
Voyage dans le sommeil, profondeur d'un monde actif, dans le subconscient, système digestif créatif.
Zzzzz à travers une répétition qui aurait eue lieu, dans un port, ou un bus du Portugal,
au doux balancement de l'intérieur d'une cathédrale à Die, sur la place d'un village du Cantal.
Une histoire se raconte, à l'endroit à l'envers, emmêlée, détachée du temps et de l'espace desquels le microphone l'a extraite. Une histoire sans but, comme ça, pour rien.

- François Donato : Quiberon Ending
Arrivé à ce bout de la terre au bout de la nuit, tout s'est confondu dans la dilution des désirs
et la voix de Baudrillard a retenti. Un moment difficile mais prenant...
Field recording/voix studio/synthèse...

- Ingrid Obled : Entre deux mondes 1 et 2
Piècettes réalisées à partir d'interviews et de musique élecctroacoustique

- Hervé Birolini : Translations
« Translations » s'inspire librement du film « Lost in translations » de Sophia Copola et ne retient comme contexte compositionel que l'aspect du déplacement du corps dans son environnement. La société pousse souvent les corps à se déplacer au rythme des informations numériques qui transitent à l’intérieur d'elle. Devenant des poupées de chairs soumise à des accélérations et des ralentissement extrêmes, les corps produisent des sons tour à tour réels ou abstraits ou même burlesques.
Contrebasse : Olivier Sens

- Clément Delac : Larva
L'infini des songes / La matrice des anges / La translucidité du cœur / Soleil radieux tombe / ô gouffre stellaire / Je pars sucer le sein de la statue mémorielle / recouvrir la raison / de la saison de l'esprit / Jadis il fut fœtal / Enfant / Om / Le murmure du monde / Uni ver d'éther / Fait de poussière d'hier / à jamais balayée.

- Jacky Mérit : Transla'song
Transla'song 1: St Étienne / 5h du matin / été 1995.
Transla'song 2: Passage de moines dans une ruelle de Dieppe /21h / été 1989.

- Maylis Raynal : Vacillement
Il s'agit d'un déséquilibre, d'une tension presque constante créée par la mise en confrontation d'éléments musicaux basés sur le geste, la vivacité, la proximité et d'autres sons plus proches de la trame, de la résonance et de l'éloignement.